L’activité physique dans l’entreprise au service du bien-être physique et psychique du salarié.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Image_Widget »][/siteorigin_widget]

L’activité physique dans l’entreprise au service du bien-être physique et psychique du salarié.

(Référence : note d’analyse stratégique n°298 – octobre 2012)
« Comment mettre le sport au service de la santé des salariés ? »

Influence de l’activité physique en entreprise : effets dans le travail et dans l’entreprise

L’entreprise représente un cadre privilégié pour favoriser la pratique d’une activité physique : la majorité des adultes sont au travail la moitié du temps d’éveil.

Le constat

Or de nos jours, les emplois sont de plus en plus sédentaires et les niveaux d’activité physique baissent. Pourtant, l’inactivité physique influence la survenue et le développement de certaines maladies. Lors d’un récent sondage effectué dans l’Union européenne, la moitié des personnes interrogées a affirmé ne faire que peu ou pas d’exercice physique au travail. Au moins les deux tiers des adultes d’Europe occidentale ne sont pas suffisamment actifs sur le plan physique, et le niveau continue de baisser. L’inactivité physique pourrait provoquer jusqu’à 10 % des décès dans la région européenne de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

Intérêt de pratique des APS

L’activité physique est un déterminant important, contribuant à la santé physique et mentale. Une pratique régulière, même d’intensité modérée, peut diminuer la mortalité, augmenter la qualité de vie et prévenir certaines pathologies. Une activité régulière réduit le risque de maladies chroniques telles que les maladies cardio-vasculaires, le diabète, l’ostéoporose et certains cancers.
En effet, l’exercice physique abaisse la tension artérielle et régule le taux de cholestérol. Elle contribue aussi à améliorer la santé mentale, en diminuant le stress, les anxiétés, les troubles dépressifs et en favorisant le bien-être et l’estime de soi.

L’évolution du métier

L’entreprise apparaît assez rapidement dans le paysage car elle est en quelque sorte responsable de notre grande sédentarité. Dans les années 1800, nous sommes à une moyenne de 8 heures d’activités physiques quotidiennes et on assiste à une tertiarisation de notre activité qui fait qu’aujourd’hui on est à moins d’une heure par jour d’activité physique et sportive. Nous sommes derrière notre bureau, on envoie des mails et on ne bouge pas beaucoup et une grande partie de la population Française n’est pas suffisamment active.
Donc le milieu de l’entreprise est un milieu très privilégié pour mettre la population active en mouvement. En effet, l’offre d’activités physiques dans l’entreprise peut notamment répondre à la demande de bien-être et d’équilibre au travail recherchée par les salariés.

Amélioration de la performance

Les entreprises ont aujourd’hui, un réel intérêt à élaborer et à mettre en œuvre des politiques et des mesures visant à promouvoir l’activité physique dans le contexte professionnel.
On peut affirmer qu’il y a donc un fort potentiel car il y a un besoin de la part des entreprises avec des objectifs de performances de plus en plus importants pour l’excellence, la gestion du stress, d’engagement et de motivation des collaborateurs. Il y a également une forte demande de la part des salariés pour leur bien-être, mais aussi de convivialité au travail, de plaisir pour donner du sens à son activité professionnelle.
C’est par conséquent un véritable plus pour l’entreprise car on constate que l’activité physique au travail a des retombées positives pour les employeurs et les salariés. On note ainsi, une amélioration de la concentration, une productivité et une efficacité accrue, mais aussi un meilleur état de santé et de forme physique. La conséquence d’une activité physique au travail va également avoir un impact concernant le climat social et moral des individus qui va se voir amélioré, la satisfaction au travail elle aussi va avoir tendance à être plus grande et l’absentéisme de son côté va baisser : les bénéfices sont donc très nombreux.

L’absentéisme

Sur l’absentéisme, on sait qu’il y a à peu près 350 millions de journées de travail perdues liées à des problèmes de santé et à l’activité professionnelle (étude effectuée dans les années 2000 au niveau Européen). C’est donc réellement un fléau pour les entreprises et on sait qu’éliminer un des facteurs de risques à la santé permet de diminuer l’absentéisme de 2% et d’augmenter la productivité de 9%.
On a quelques données en termes de productivité qui viennent du Canada. Quand on investit une somme sur ce type d’objectifs, on obtient 2 à 3 fois le résultat de cette somme investie en gain de productivité sur 5 ans. On considère aussi qu’un salarié actif est 12% plus productif qu’un salarié sédentaire.

Ainsi, les employeurs prenant des initiatives visant à soutenir l’activité physique de leurs employés peuvent retirer des résultats immédiats et sur le long terme.

Comment mesurer les effets dans l’entreprise ?

Trois points semblent importants :
1-    la qualité de la vie au travail,
2-    l’implication des acteurs sociaux (médecin, syndicats, CE),
3-    la collaboration  avec des professionnels.

Les preuves du bénéfice de la pratique physique pour le salarié, notamment sur le taux d’accidents du travail ? Il existe des indicateurs qui peuvent être mis en place :

1-    baisse du taux de turn-over,
2-    réduction du nombre d’incidents au travail,
3-    diminution de l’absentéisme.

Il reste cependant impossible de mesurer à court terme l’effet du ou des dispositifs, les résultats ne pouvant être pertinents qu’à moyen/long terme. Malgré cette difficulté d’évaluer quantitativement la performance du dispositif, il apparaît important du point de vue qualitatif de continuer dans cette direction.

Comment mettre en place un dispositif sport santé dans l’entreprise ?

1-    mise en place de séance d’information et de sensibilisation,
2-    adaptation de l’offre sportive aux besoins et aux moyens,
3-    mobilisation et implication des salariés en interne et incitation au volontarisme,
4-    travailler dans une logique de réseau, car la synergie des acteurs impliqués contribue au succès du dispositif,
5-    envisager des modalités d’échanges d’expériences et de bonnes pratiques,
6-    sensibiliser le dirigeant de l’entreprise.

Projet pour l’entreprise :

1-    inciter les entreprises à formaliser des projets de développement sportif à moyen long terme à l’image des plans marketing qui se construisent en moyenne sur 5 ans, cela permettra de sécuriser et de pérenniser les budgets,

2-    mutualiser les expériences en mettant en place un système de partage d’information et de valorisation des bonnes pratiques. Il faut envisager la mutualisation des équipements notamment en faveur des PME et des TPE. La mutualisation des publics/salariés d’entreprises différentes sur un territoire est également un moyen permettant d’atteindre un niveau de financement suffisant.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]